We like dancing & we look divine.

28 août 2017

dreams are made of cheese.

Je viens de réaliser que les naan au fromage c'était fini pour moi. En toute honnêteté, j'en mange trop rarement pour que cela soit un drame mais vous même vous savez : drama queen. Quand tu prends la décision de cesser de consommer des produits laitiers je crois que tu réalises pas bien à quel point manger va devenir la plus grande source de frustration de ta petite vie minable (ça et ton compte en banque). Les pizzas chimiques de chez Dominos et leur base crème fraiche ? De l'histoire ancienne. La béchamel dans les lasagnes ? Bye. Le café au lait du dimanche matin, les yaourts à la grecques, les glaces à l'italienne dans le marais, les tartines de boursin, les dés de gouda à l'apéro, les mozarella sticks en terrasse, le supplément cheddar avec les frites et même ces putains de pates au fromage (dernière option alimentaire avant la fin du monde dans tes placards)... this is all over.

Alors oui, non, je n'ai pas fait ce choix par pur plaisir à l'idée de m'auto torturer à base d'énumération de tout ce qui m'est désormais " interdit " , et non, il ne s'agit pas non plus d'une lubie chelou type " je teste le veganisme " (vous m'avez bien regardé ?). C'est juste les conséquences indirectes de l'arrêt de ma pilule #onestcontent.

J'ai avalé celle-ci consciencieusement, chaque jour, pendant les huits dernières années de ma vie persuadée que c'était comme un petit miracle. Mais non, pas du tout. Je vais pas vous mytho, je l'ai pas arrêté parce que je me suis, d'un coup d'un seul, sentie concernée par le sujet délicat de la prise d'hormone (que je suis contente d'avoir cessé d'ingurgiter néamoins) ; j'avais juste plus de vie sexuelle et je la prenais vraiment n'importe comment, genre vrai foutage de gueule.

Bref, moi qui n'ai jamais vraiment eu d'acné et qui suis obsédée par la qualité de ma peau (skincares all over the place) j'ai vite déchantée. Enfin, il a fallut trois mois. Trois mois pour que la nature reprenne le pas et que mon corps me fasse un gros doigt d'honneur bien comme il faut. Microkystes sur les machoires et autres boutons peu ragoutants : j'ai donné. Y'a même un jour ou j'ai séché les cours tellement c'était un champs de mînes ma peau (mînes que j'avais bien pris soin d'exploser, evidemment). Il a encore fallut trois mois supplémentaires pour que les choses reviennent à la normale (genre un baby bouton par ci par là de temps en temps) ; ça et des ampoules de zinc 2x par jour, une crème hydratante pour les acne-prone skins - dont j'ignore si j'ai réellement besoin - et l'ârret des produits laitiers. Et à mon grand regret j'ai vraiment vu la différence alors ça m'embête mais je m'y tiens. 

En attendant, tout ça n'a absolument pas empêché un fdp de moustique de me piquer sous l'oeil (les boutons, quand y'en a plus, y'en a encore yay) et comme je suis allergique c'est compliqué, très compliqué. Espérons que le babe ne soit pas enclin à me voir ce soir parce que clairement, je vais pas assumer de ressembler à Quasimodo, no way. 

Posté par amazedfake à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 août 2017

Ain't got time for that shit.

Jeudi soir : je suis allongée sur le ventre, pieds en l'air, en culotte sur mon lit. J'ai passé un peu de temps sur asos, je me demandais comment m'habiller samedi. J'ai un date, pas un date inédit, juste avec le mec que je vois depuis un moment. C'est plutôt chill, je l'aime bien, on va à la fête foraine des Tuileries, il a dit qu'il voulait tirer à la carabine, j'aimerais bien manger des churros. Il a un peu fait le mec par texto, je crois qu'il a un vrai caractère de nana parfois. Whatever, j'ai pas vraiment relevé, fait comme si de rien était, je lui ais souhaité bonne nuit et je l'ai appelé " handsome ". Je suis du genre à prendre le seum facilement, les textos c'est ma croix et ma bannière, ça me sort par les yeux, c'est chiant, on sait jamais quoi dire, comment le dire : " oui mais s'il pensait que..." k, ça m'a déjà fatigué. J'ai arrêté de jouer, tu veux faire le mec ? Très bien, je vais être adulte pour nous deux, ça me fait plaisir. Du coup, j'ai pas décidé comment je m'habillerai, questions pompes mes options sont limitées (il est pas très grand mais, dieu qu'il est beau, donc pour cette fois c'est okay), j'ai envie d'être comme Alizée dans le clip Moi Lolita, genre mignonne slash sexy slash " ramène moi à la maison ". 

Je suis en vacances 3 semaines, plus que deux semaines et 3 jours si on veux être pointilleux. Je vais nul part, j'ai un peu de sous de côté mais tant pis, j'ai pas envie de lacher mes maigres economies pour une semaine dans le sud de la France à prentendre que je vis l'été de mes rêves alors que rien du tout. Je voulais repeindre ma salle de bain mais je crois que j'ai pas le courage, ça met du temps à secher et j'ai envie de prendre des douches. Je vais juste en profiter pour vraiment me reposer, voilà c'est ça, si on me demande ce que je fais de mes vacances c'est ce que je dirais.

Je voulais vous raconter la pose de mon DIU, c'était horrible, ça l'est encore un peu parfois mais j'ai envie d'effrayer personne alors je vais m'abtenir. Je sais à quel point ce qu'on peut lire sur internet peut ête anxiogène et j'ai pas envie de vous faire ça, l'angoisse c'est pas bon (et je sais de quoi je parle) alors on va passer sur le sujet et je vais aller me coucher. 

Posté par amazedfake à 01:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2017

Fuckboys everywhere.

To K : 

Je n'ai rien demandé de tout ça, je ne serais jamais venu vers toi. En ai-je toujours eu envie ? Probablement mais je n'y ai jamais pensé tu sais, encore moins ces dernières années. Tu devenais, doucement, une simple connaissance, ce flirt adolescent qu'on aurait laissé dérivé jusqu'à l'oublier, complétement. Et te voilà, dans ce bar, silencieux, en gueule de bois. Et puis ta main dans mon jean, moi qui me glisse dans tes sous vêtements, tes mains pour etouffer mes cris. Je n'avais pas envie d'être avec toi, mais j'ai aimé ça, malgré moi. Et je suis tellement déçu, aucun garçon ne m'avait jamais déçu comme ça, pas comme toi. 

Posté par amazedfake à 23:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2017

how come we can't connect, how quickly you forget.

Je n'envisage pas qu'il revienne, les signaux sont inexistants, il ne le fera pas et pourtant. Il est là, dans mes mouvements quand je danse, dans mes soupirs quand j'y repense. Mes pensées sont pleine de lui, de ces cours moments, de ses mains autours de mon coups qui serrent et qui serrent. J'exhale. I wasn't looking for romance. & je ne parviens pas à me défaire de l'idée qu'enfin, le moment pour nous était venu. Je tente de m'occuper, de prétendre que comme souvent le temps saura avoir pitier de moi. J'implore le temps d'aller plus vite, de me liberer de ce besoin que j'ai de ses baisers. It's driving me crazy / oh my god I'm a mess. Il a sans doute toutes les raisons d'avoir peur, de crainde que je ne m'attache mais je le jure, je serais sage, silencieuse. Je ne dirais rien. Pourvu qu'il revienne. 

Posté par amazedfake à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2017

all I'm thinking about is not thinking about you.

Pourquoi c'est toujours compliqué ? J'ai fais l'erreur d'écouter mon entourage, d'aller dans le sens de ceux qui ne peuvent s'empêcher de labeliser les choses. Je voulais juste passé du temps avec lui, profiter de ce qu'on avait peut importe ce que c'était et maintenant...maintenant rien. Je veux qu'il revienne de lui même parce qu'après tout je n'ai fais rien d'autre que mettre les choses au claire, lui dire que c'était bon pour moi comme ça, qu'on était sur la même longueur d'onde et qu'il s'en faisait pour pas grand chose. j'espère qu'il va revenir. J'ai envie de lui. 

Posté par amazedfake à 01:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 octobre 2016

sad stories.

Je n'ai pas écris ici depuis longtemps, encore. J'ai perdu le goût, encore. Il y a toutes ces nouvelles choses dans ma vie, tout ce vide aussi. Je travaille beaucoup, la fatigue prend le pas sur la satisfaction et ma vie privée est un désastre, en quelque sorte. 

J'ai fréquenté un garçon pendant plusieurs mois et nous venons de nous séparer. Pas parce que nous nous déchirions, traversions des tempêtes, nous abations contre des rochers. Juste parce que finalement nous n'avions pas vraiment de raison d'être. Un peu comme un amour de vacance, le rythme de la vie active, réelle a eu raison de nos sentiments à peine naissants. Et c'est triste. Triste parce que nous avons reconnu les qualités présentes en l'un et l'autre et que cela est suffisament rare pour etre appréciable mais non, ça n'est pas suffisant. Mais après tout n'est ce pas cela la particularité de l'amour ? Ne répondre à aucune règle logique, répondre à des attentes que nous n'avions pas. 

Je viens de regarder cette interview sur la chaine youtube de Clique, celle de la doyenne des français. 113 ans. J'ai du mal a imaginer qu'on ai pu vivre autant d'époques, d'evenements historiques, d'histoire personelle. Du haut de mes 25 ans tout neufs je me sent à nouveau si petite, si vide de sens. Je suis un peu ému, juste un peu mais juste assez pour penser à ces échanges manqués avec ma grand-mère. 91 ans, malade d'alzeihmer depuis mon adolescence. Je l'aime vous savez, même si je ne suis personne pour elle, pas née, rien. Je sais toutes ces choses en communs que nous avons, le moi de maintenant et le elle du passé. Je sais que je lui aurais parlé de ma vie et qu'elle m'aurait rassuré en me racontant la sienne. Qu'elle m'aurait parlé de la guerre, des bals, de mon grands père, de la mode, du monde comme il était avant, de ma mère petite, de moi enfant. Je ne la rencontrerais jamais, la maladie nous a pris ça. Alors oui, je suis un peu triste.

Posté par amazedfake à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2016

J'ai hésité avant d'écrire, comme s'il n'y avait pas matière à, pourtant je pourrais vous raconter un tas de choses. Les rencontres que j'ai faites, les choses qui ont changé dans ma vie, quel film m'a fait pleurer dernièrement, quelles musiques j'aime en ce moment. J'ai un peu perdu le goût d'écrire, c'est tout. C'est sans doute ce que j'aime le plus au monde, mais pas comme ça, plus comme ça, plus pour le moment. J'aimerais revenir à mes premières amours et raconter des histoires, retrouver ma substance. 

Posté par amazedfake à 02:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2016

crybaby.

Ce soir j'ai trouvé une raison pour pleurer toutes les larmes de mon corps. Mon dentiste a posé un chèque de 342e que je lui avait fait il y a quelques mois et je ne m'y attendais pas. Je m'explique, parce que oui biensur il est normal de payer un médecin et oui je me souviens avoir fait ce chèque MAIS il se trouve que nous avions un accord : j'étais remoursée et il encaissait. Sauf qu'au bout de 2/3 mois sans être remboursée j'ai vérifié sur mes comptes sécu/mutuelles blabla et il se trouve que mon dentiste a été remboursé DIRECTEMENT. Ce connard a déjà touché l'argent de cette prestation, moi rien du tout, et il vient encore me reprendre 342€ !? MAIS VA MOURIR DEVORE (je sais pas faire l'accent majuscule sorry) PAR DES CHIENS ERRANT ET LECHE (pareil) PAR LES FLAMMES DE L'ENFER FDP ! Le gars m'a mis KO, bim je suis à -300€ sur mon compte (en fait -368 parce que j'ai quand même fait 20e de courses pour vivre avant de me rendre compte de ça, si j'avais su je me serais abstenu de manger tiens), aller adieu l'argent de mon loyer. Et du coup je pleure comme une pauvre conne alors que moi j'ai rien fait de mal je suis juste encore une fois victime de ce système de merde. 

Posté par amazedfake à 02:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2016

everything is hard on me.

Je préfère jouer la carte de l'honnêteté et vous prevenir en amont : je vais me morfondre. 

Je suis lassée d'être cette fille à l'apparence physique banale, à la vie banale et à l'absence pitoyable de talent. Je suis fatiguée de ne pas croire en moi même et d'être chaque jour un peu plus démoralisée, bouffée par le pessimisme. Je n'y arrive plus, je voudrais tout effacer, revenir quelques années en arrière, faire les bons choix, devenir quelqu'un. 

Il est urgent que j'ai une activité, que je me lève le matin, que je fasse quelque chose de ma vie. Il est necessaire que je cesse de tout repousser au lendemain avec pour seule excuse mon ras le bol et ma déprime. Je suis dans un cercle vicieux et je n'arrive pas a voir les choses autrement, je n'arrive plus à voir une porte de sortie. Je ne vois que la galère, rien que la galère et je m'enfonce. 

Posté par amazedfake à 17:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 mai 2016

I am so wrong.

 

" I want all of you. I want you inside and out and catching your breath and aching for me like I ache for you " 

Posté par amazedfake à 01:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]